Bordeaux, visite du Grand Théâtre et de la Tour Pey Berland

Sxième bleue, le 16 mars 2010
lundi 22 mars 2010
par  Cécile Raynaud

Allez voir le diaporama sur Bordeaux dans la Galerie !

Le mardi 16 mars 2010, nous avons visité Bordeaux. Nous y sommes allés en train et avons pris le tramway pour nous rendre dans le centre ville.

JPEG - 199.7 ko
dans le train Autres photos dans la galerie

Voici les endroits que nous avons pu voir, mais d’abord il faut bien comprendre pourquoi les bâtiments dans le centre-ville sont si prestigieux.

D’où vient la richesse de Bordeaux ?

Il faut savoir qu’à la fin du XVIIIe siècle, la ville de Bordeaux était particulièrement florissante grâce au dynamisme de son activité commerciale (vin, échanges avec les colonies...) C’est à cause du commerce triangulaire (la traite des noirs) que le port de Bordeaux s’enrichit.

Le commerce triangulaire
C’est le nom que l’on donne au commerce des esclaves. En effet, le voyage se faisait en trois étapes :

- Première étape ; sens Europe-Afrique : Le navire négrier part de France (principalement des ports de Nantes, La Rochelle, Le Havre, Bordeaux), chargé de vivres (de la nourriture) et de diverses marchandises (cuivre, quincaillerie, armes, poudre, étoffes, eau de vie...) destinées à l’achat des esclaves.

- Deuxième étape ; sens Afrique-Amériques : Le navire repart, rempli de captifs, vers les îles d’Amérique. Là, ils seront vendus aux propriétaires comme esclaves. Cette traversée est une terrible épreuve pour les hommes et femmes entassés et enchaînés dans les cales du bateau. Bon nombre d’entre eux n’y résisteront pas.

- Troisième étape ; sens Amériques-Europe : Tous les esclaves sont vendus, mais le navire ne part jamais vide. Avec l’argent de la vente des esclaves, On se fournit en produits locaux coloniaux (café, sucre...) que l’on vendra dans toute l’Europe.

Le Bordeaux des romains : ce qui subsiste.

Observez le plan de la rue Sainte Catherine et de la rue porte Dijeaux : les deux rues sont exactement perpendiculaires ! Ce n’est pas le hasard, c’est le plan de l’ancienne ville romaine (Burdigala) Le cardo (rue principale) était la première rue tracée (à Bordeaux c’est la rue Ste Catherine) et le décumanus était tracé en second. (à Bordeaux c’est la rue Porte Dijeaux) (le mot « cardo » a donné en français : « points cardinaux ».)
Il y a de nombreux vestiges de monuments romains conservés à Bordeaux mais nous ne sommes pas passés devant.

Les Quinconces et la colonne des Girondins

L’Esplanade des Quinconces est la plus grande place d’Europe !
Elle est bordée d’arbres plantés en quinconces et occupe un vaste emplacement de 12 hectares (dont 6 d’espaces verts) en bordure de la Garonne.
Elle est décorée entre autres par le Monument aux Girondins, ensemble colonne-fontaine commémoratif dédié aux Girondins de la Révolution et à la République.

Les « Girondins » étaient un groupe politique sous la Révolution Française, formé en 1791 et réunissant plusieurs députés de la Gironde. Ils ont défendu la bourgeoisie, mais ont été éliminés en 1793.

Deux statues colossales rendent hommage à Montaigne et Montesquieu. (deux grands auteurs qui ont vécu à Bordeaux)

Le Bordeaux du Moyen Age, la place Saint Pierre

Observez le plan des rues de ce quartier : elles sont sinueuses et désordonnées ! Rien à voir avec les deux grands axes romains ! Rien à voir non plus avec les rues bien rangées d’à côté, qui forment un triangle autour des Allées Tourny ! Là, vous avez le Bordeaux du XVIIIe / XIXe ! Mais au Moyen Age, on trace les rues n’importe comment !

Au Moyen Age, ce quartier de Bordeaux était abrité derrière les remparts de la cité : Bordeaux était entourée d’une enceinte médiévale avec de grandes portes défensives : nous avons vu la porte Caillau, la porte Dijeaux, la porte de Bourgogne, et au loin la porte de la Victoire…

Le quartier Saint Pierre était le domaine des artisans comme en témoignent encore les noms des rues : rue des Argentiers, des Bahutiers ou du Chai des farines. Devenu zone piétonne, il est désormais une des parties les plus animées de la ville.

Nous sommes passés dans la rue de la Vache, si étroite que l’on peut toucher les murs des maisons de chaque côté en tendant les bras.

JPEG - 171.7 ko
rue de la Vache

Les façades des quais ; la place de la Bourse.

JPEG - 186.1 ko
place de la Bourse

Dès la fin du XVIIe siècle, on embellit la face est de la ville tournée vers le fleuve, afin de donner aux voyageurs une belle impression. Appuyées au mur de ville, on ne voyait alors que des boutiques en pierres ou des baraques en bois.
En 1765, Jacques Gabriel, Premier architecte du Roi, envoyé en mission par Louis XV, débarque à Bordeaux le 19 mai 1729. Il est séduit par la beauté de la courbe du fleuve. Des travaux gigantesques commencent. Ce sera l’architecte Ange Gabriel, son fils, qui finira les travaux. La Place Royale est inaugurée triomphalement en 1755. (C’est la place de la Bourse actuellement.)
C’est une architecture à la française avec au rez-de-chaussée de hautes arcades. Puis deux étages, un attique, un entablement et des combles brisés recouverts d’ardoises.
L’architecture de cette Place Royale a déterminé celle des maisons de la façade des quais ; ainsi, sur plus d’un kilomètre, on observe un alignement homogène (= harmonieux, tout est semblable) d’arcades, d’étages, de toitures d’ardoises. Les propriétaires actuels ont effectué le nettoyage des façades pour remettre à l’honneur la belle pierre dorée du pays qui était noircie par la pollution.

Le Grand Théâtre

L’extérieur

On décide de doter la ville d’une salle de spectacle digne d’elle. On fait appel à l’architecte Victor louis (1731-1800). De style néo-classique, cet imposant bâtiment (88 mètres sur 47) abrite une salle pouvant accueillir 1 114 personnes.

Le Grand Théâtre est aujourd’hui parmi les derniers théâtres en bois du XVIIIe siècle visible en Europe.

Sur la façade, on voit les neuf muses : filles de Zeus et de Mnémosyne (= la mémoire), elles inspirent les artistes. Elles s’appellent Calliope "à la voix harmonieuse" (la Poésie épique), Clio "célébrée" (l’Histoire), Euterpè "gaieté" (la Flûte), Terpsichore "joie de la danse" (la Poésie légère et la Danse), Erato "aimable" (la Lyrique chorale), Melpomène "chant" (la Tragédie), Thalie "abondance" (la Comédie), Polymnie "plusieurs chants" (la Pantomime) et Uranie "la céleste" (l’Astronomie). Elles tiennent des objets qui permettent de les reconnaître plus ou moins facilement ! Par exemple, un poignard pour la Tragédie, un masque pour la Comédie, un globe terrestre pour l’Astronomie...

Il y a aussi trois déesses, Junon (ou Héra), Vénus (ou Aphrodite) et Athéna (ou Minerve) Il est moins facile de voir qui est qui...

JPEG - 199 ko
façade du Grand Théâtre place de la Comédie

L’intérieur :

La salle des concerts a été construite par Charles Burguet entre 1865 et 1870. Elle est habillée de lambris et plafonds en bois peints et dorés développés sur environ 1800 m2 de surface totale avec toiles peintes à l’huile collées. Tout est en trompe-l’oeil donc on n’a pas l’impression de voir du bois mais de l’or, du tissus et du marbre.

JPEG - 186.7 ko
salle vue du Paradis

Le Grand-Théâtre offre toujours au public des spectacles d’art lyrique, des ballets et des concerts... Le bois offre une excellente acoustique.

Nous avons eu la chance d’entrer dans la salle de spectacle alors qu’un décor était mis en place. Nous sommes montés au Paradis, dernier étage pour les spectateurs, et en Attique, sous les toits.

JPEG - 193 ko
L’Attique

Tour Pey-Berland

Située en plein cœur de Bordeaux, la Tour Pey-Berland offre, du haut de ses 231 marches, le plus beau point de vue sur la ville et ses alentours et aide à mieux découvrir la grande richesse architecturale de la ville et ses principaux monuments.

JPEG - 207.7 ko
du haut de la tour Pey Berland

La tour Pey-Berland est le clocher de la cathédrale Saint-André. Edifice gothique flamboyant élevé entre 1440 et 1446, elle doit son nom à son constructeur, l’archevêque Pey-Berland.

L’originalité de cette tour /clocher dissociée de la cathédrale a permis de la doter de cloches imposantes, dont les vibrations auraient pu menacer sa structure : comme le sol de la ville de Bordeaux était marécageux donc instable, la tout est construite séparément de la cathédrale, ce qui est original !

La flèche est haute de 12,50 mètres. Elle fut couronnée en 1863 par une statue colossale de Notre-Dame d’Aquitaine.
Six années plus tard, la tour accueillit Ferdinand-André, un gros bourdon (= cloche) de 8 tonnes.

Jardin Public :

Aménagé au XVIIIe siècle, seuls les marchands de la ville avaient le droit d’y aller ! Il est situé près de l’ancien port de Bordeaux. C’est un grand jardin à la française dans un style inspiré du jardinier de Versailles : Le Nôtre. Il fut transformé en jardin paysager en 1858. Il abrite un arboretum, une bibliothèque et un Muséum d’Histoire naturelle.
Nous y avons pique-niqué.

Le tram

L’originalité de Bordeaux, c’est que ce tram est partiellement construit sur des rames de tramway qui avaient étaient installées auparavant : en 1956, il y avait 200 km de lignes de tram !! Cela dit, dans de nombreuses grandes villes de France, on avait ainsi fait un tramway qu’on avait ensuite délaissé au profit des bus… En 1958, on ferme le dernière ligne de tram.
Renaissance du tramway : en 2003 : il est flambant neuf !
La particularité du tram de Bordeaux, c’est que c’est le premier à ne pas avoir de câbles électriques apparents : dans le centre ville, les câbles sont enterrés.

Allez voir le diaporama sur Bordeaux dans la Galerie !

JPEG - 180.6 ko
photo de groupe place de la Bourse

Agenda

<<

2017

 

<<

Mai

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Sur le Web

Septembre 2016 - Préparation du concert de Nadau au 1 octobre

Septembre 2016 - Préparation du concert de Nadau au 1 octobre

Juin 2016 - DNB 2016 – Mathématiques

Juin 2016 - Fiches de révisions et Vue d’ensemble du programme de troisième …

Juin 2016 - Projet sur la préhistoire

Mai 2016 - La racine carrée de – 1 existe !!!

Avril 2016 - Les corrigés de vos deuxième et troisième séries de révisions !

Avril 2016 - Les corrigés de votre première série de révisions !

Avril 2016 - Troisième série de révisions pour votre deuxième brevet blanc de mathématiques

Avril 2016 - Deuxième série de révisions pour votre brevet blanc de mathématiques

Avril 2016 - Première série de révisions pour votre brevet blanc de mathématiques

Avril 2016 - Ce qu’il faut réviser pour le 2ème brevet blanc de mathématiques

Mars 2016 - Semaine des mathématiques 2016

Mars 2016 - La chasse au trésor 2016 est ouverte…

Janvier 2016 - Le brevet blanc de l’année dernière et son corrigé

Janvier 2016 - Les corrigés de la troisième (et dernière) série de révisions

Janvier 2016 - Problème d’accès à Challenge U

Janvier 2016 - Les corrigés de la deuxième série d’exercices !

Janvier 2016 - Les corrigés de votre première série de révision !

Janvier 2016 - Des conseils et un programme de révision pour ce premier brevet blanc

Décembre 2015 - Troisième et dernière série d’exercices pour vos révisions du Brevet Blanc n° 1

Décembre 2015 - Joyeuses fêtes de fin d’année à tous !

Décembre 2015 - Deuxième série d’exercices pour vos révisions du premier brevet blanc

Décembre 2015 - Pour vos révisions du Brevet Blanc n° 1

Novembre 2015 - Votre dossier sur les volumes est arrivé !

Novembre 2015 - Pourquoi le volume d’une boule se calcule t-il par la formule 4/3piR³ ?

Novembre 2015 - Pour travailler les développements avec les identités remarquables

Octobre 2015 - Les réponses du QCM sur Thalès !

Octobre 2015 - Les essentiels de quatrième (premiers rappels)

Septembre 2015 - Les réponses du QCM sur le PGCD !

Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 22 mai 2017

Publication

1624 Articles
60 Albums photo
Aucune brève
29 Sites Web
85 Auteurs

Visites

32 aujourd’hui
1047 hier
1336591 depuis le début
6 visiteurs actuellement connectés