Mot-clé - Andrew Wiles

Fil des billets

8 décembre 2013

Andrew Wiles

Andrew Wiles est un mathématicien britannique, actuellement professeur à l'université de Princeton aux États-Unis. La démonstration qu'il réalise en 1994, justifie la renommée de ce mathématicien : celle de la conjecture de Fermat.

A.Wiles.JPG

Andrew John Wiles est né le 11 avril 1953 à Cambridge en Angleterre, il fait des études brillantes et entame une carrière de professeur, en 1985, aux États-Unis. Mais Wiles était visiblement destiné à étudier les mathématiques, puisque c'est à 10 ans, en lisant un livre, qu'il découvre la conjecture de Fermat. D'énoncé simple, il s'y intéresse particulièrement ; en effet elle postule la propriété suivante :

« Il n'existe pas d'entiers strictement positifs x, y, z tels que :

x^n + y^n = z^n lorsque n est un entier strictement supérieur à 2 »

En 1986, il entame ses recherches afin de démontrer la conjecture. L'opinion générale est alors pessimiste ; aucun mathématicien n'a pu résoudre cette conjecture depuis 300 ans, la démonstration est considérée impossible. Mais en 1994, après une période de 8 années de recherches et après une première tentative erronée en 1993, Wiles réemploie une piste de démonstration datant du début de ses essais sur la conjecture, et, grâce à l'aide de son ami Richard Taylor, il rédige une démonstration validée par la communauté scientifique. Ayant résolu un des problèmes les plus importants de l'histoire des mathématiques, il a reçu un prix spécial accordé par le congrès international des mathématiques en 1998 (on peut préciser que la médaille Fields ne lui a pas été accordée puisque cet homme avait alors plus de 40 ans). De plus, Andrew Wiles a travaillé sur d'autres projets comme la théorie des nombres, la conjecture de Birch et Swinnerton-Dyer ou encore les extensions cyclotomiques. Il a eu également l'honneur de bénéficier d'autres prestigieuses distinctions comme le Prix Witehead en 1998 et le titre de chevalier de l'Ordre de l'empire Britannique en 2000.

Camille Lempereur, Quentin Le Hir, Victor Duval et Maxime Lafferrière, élèves de 1ère S2.