Cérémonie commémomative du 8 mai 1945

dimanche 13 mai 2012

Ce mercredi 9 mai 2012, le lycée Bertran-de-Born a commémoré le 8 mai 1945, date de la capitulation allemande à Berlin.

La cérémonie a débuté par un mot du proviseur de l’établissement présentant cet évènement particulier. Il a été suivi d’une allocution de M. Marsaud, Président de l’association des anciens élèves, nous rappelant l’importance de cette commémoration des personnes mortes pour la France.

pour illustre celle-ci, le poème "La Rose et de Réséda" de Louis Aragon (1943) a été lu par un cadet de la République :

"Celui qui croyait au ciel

Celui qui n’y croyait pas

Tous deux adoraient la belle

Prisonnière des soldats

Lequel montait à l’échelle

Et lequel guettait en bas

Celui qui croyait au ciel

Celui qui n’y croyait pas

Qu’importe comment s’appelle

Cette clarté sur leur pas

Que l’un fut de la chapelle

Et l’autre s’y dérobât

Celui qui croyait au ciel

Celui qui n’y croyait pas

Tous les deux étaient fidèles

Des lèvres du coeur des bras

Et tous les deux disaient qu’elle

Vive et qui vivra verra

Celui qui croyait au ciel

Celui qui n’y croyait pas

Quand les blés sont sous la grêle

Fou qui fait le délicat

Fou qui songe à ses querelles

Au coeur du commun combat

Celui qui croyait au ciel

Celui qui n’y croyait pas

Du haut de la citadelle

La sentinelle tira

Par deux fois et l’un chancelle

L’autre tombe qui mourra

Celui qui croyait au ciel

Celui qui n’y croyait pas

Ils sont en prison Lequel

A le plus triste grabat

Lequel plus que l’autre gèle

Lequel préfère les rats

Celui qui croyait au ciel

Celui qui n’y croyait pas

Un rebelle est un rebelle

Deux sanglots font un seul glas

Et quand vient l’aube cruelle

Passent de vie à trépas

Celui qui croyait au ciel

Celui qui n’y croyait pas

Répétant le nom de celle

Qu’aucun des deux ne trompa

Et leur sang rouge ruisselle

Même couleur même éclat

Celui qui croyait au ciel

Celui qui n’y croyait pas

Il coule il coule il se mêle

À la terre qu’il aima

Pour qu’à la saison nouvelle

Mûrisse un raisin muscat

Celui qui croyait au ciel

Celui qui n’y croyait pas

L’un court et l’autre a des ailes

De Bretagne ou du Jura

Et framboise ou mirabelle

Le grillon rechantera

Dites flûte ou violoncelle

Le double amour qui brûla

L’alouette et l’hirondelle

La rose et le réséda "

Il montre la triste réalité de la Seconde Guerre mondiale et reflète tout le respect que l’on doit à ces combattants.

Une gerbe a été déposée devant le monument aux morts par le président de l’association et M. le proviseur. La sonnerie aux morts a ensuite retenti au sein du cloître et une minute de silence a été observée dans le plus grand respect.

En honneur à tous nos compatriotes français, les Cadets de la République se sont mis au garde à vous durant l’hymne national : la Marseillaise.

Lors du 8 mai

Nous avons voulu compatir

Les Cadets ont été conviés

En ce jour nous devons nous souvenir

Du combat pour la liberté

Notre présence pour les soutenir

Un silence pour se rappeler

Un poème pourquoi ne pas le lire ?

Un discours a été prononcé

Pour les gens qui ont dû tant souffrir

Une gerbe a été déposée

Essayant de leur rendre le sourire

L’hymne national nous avons respecté

Et la sonnerie aux morts a pu retentir.

7e promotion, 2e section des Cadets de la République, avec la participation du sous-brigadier Eymard.


Agenda

<<

2016

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2829301234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311

Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 8 décembre 2016

Publication

1518 Articles
60 Albums photo
Aucune brève
29 Sites Web
85 Auteurs

Visites

0 aujourd’hui
1021 hier
1203173 depuis le début
9 visiteurs actuellement connectés